Bob Garcia à Moulinsart SA: Kuyssche toujours...

Publié le par M agali



Alertée  sur l'affaire Garcia, relayée par un certain nombre de sites, et récemment par Pierre Assouline, je vous en avais fait part.

Histoire de lui manifester mon soutien et de voir les réactions de ses adversaires de plus près, j'ai attrapé ma souris, me suis vissée devant mon clavier et j'ai écrit à Moulinsart, SA (ce que chacun peut faire en envoyant son mail à info@tintin.com ) demandant où était l'intérêt d'accabler un homme à l'issue d'une décision de justice tout de même très controversée, un écrivain dont il est notoire qu'il ne possède pas les 40 000 euros de "dommages et intérêts" demandés.

Deux heures plus tard.. Alain de Kuyssche himself, (et sinon lui, en tout cas, quelqu'un m'écrivant de alain.de.kuyssche@moulinsart.be)  me répondait :


« Nous aurions aimé un geste de la part de M. Garcia qui n’aurait pas été la sortie de deux nouveaux ouvrages s’inscrivant dans une longue histoire, faite de provocations successives. En effet, alors que M. Garcia nous proposait d’arrêter définitivement la publication de nouveaux ouvrages (en échange de l’abandon de notre demande d’exécution de la sanction décidée par les tribunaux), il préparait ces deux nouvelles publications. Elles furent proposées aux lecteurs dès le 30 octobre, soit deux jours après le commandement d’huissiers. Vous comprendrez que ces faits n’établissent pas un climat de confiance. »


Je fais alors remarquer qu’il inverse les situations :


« Est-ce à [Bob Garcia]de faire des "gestes" envers une firme florissante au chiffre d'affaires confortable, quand il est sous le coup d'une saisie de ses biens propres? la clémence ne sied qu'aux grands, les petits n'en ont ni l'usage, ni les moyens. »


Et je tente d’obtenir des éclaircissements :

 « Vous arguez de deux ouvrages récents sur Tintin, publications qui auraient eu lieu au moment où est lancé l'ordre de saisie. Pourriez-vous, je vous prie, m'en donner les titres et me préciser la maison d'édition? Car l'auteur dément avoir fait d'autres publications que celles qui ont été incriminées. »


La réponse ne se fait pas attendre, sous la forme d’un flot de bavardage apologétique : 


« Moulinsart, « firme florissante », emploie 150 personnes, qui vivent de la défense et de l’illustration (ne prenez pas ce mot pour de l’ironie déplacée) de l’œuvre d’Hergé. Depuis une vingtaine d’années, nous nous attachons à défendre une certaine qualité, à la promouvoir et, en ces temps difficiles, à mettre cette qualité à la portée du plus grand nombre. 

Nous ne nous sommes jamais opposés à la liberté d’expression, et même si nous regrettons l’existence de certains ouvrages tendancieux, nous n’avons entrepris aucune action à leur encontre, pour autant qu’ils ne cèdent pas à la diffamation et autres atteintes à l’honneur des personnes, au titre que l’entendent les lois. 

Vous comprendrez aussi que nous n’éprouvions aucun désir de cautionner des ouvrages hostiles ou dénigrants en leur accordant le droit de reproduction de visuels extraits de l’œuvre d’Hergé et gérés actuellement par Moulinsart. Il y va de notre crédibilité, de notre survie et de l’emploi de 150 personnes. »


Par contre, pas plus de mention des deux titres incriminés que de jugeotte dans la cervelle des Dupoont/d.


Je réponds donc, sobre, mais efficace (pensè-je) :


"Monsieur,

Vous ne répondez pas à la question précise de mon mail précédent : comment s’intitulent les deux nouvelles publications que vous attribuez à Monsieur Garcia ?

Tenons nous-en aux faits, je vous prie."

Et il me semblait qu'aucune esquive n'était plus possible.

Eh bien, si!


De Kuyssche gémit alors, accablé : 


« Je croyais avoir répondu aux contre-arguments que vous avanciez dans votre lettre. »


et tente un autre essai désespéré de décentrage :


« Voici, en copie, un message de Léopard Masqué, auquel je laisse la seule responsabilité de ce qu’il avance. Force m’est de constater que le livre « Le Vol des 714 Porcineys » a bien été commandé à M. Garcia. »


A ma grande stupéfaction, le mail qu’il me transfère, signé par Gordon Zola, l’éditeur du Léopard masqué,  s’inscrit --- et c'est normal! --- complètement en faux contre l’accusation de publication récente par Garcia (NDLR c’est moi qui surligne en orange dans le texte) :


"Monsieur,(écrit Gordon Zola)

 

Je ne doute pas que vos sources soient sérieuses et corroborées, néanmoins pourriez-vous cesser de faire courir le bruit 

D’un Bob Garcia omniprésent qui serait l’auteur de deux récents ouvrages de mes éditions?

 

Pour information, j’ai commandé à Bob Garcia au mois de mai 2008 un livre intitulé « Le vol des 714 Porcineys », en

Raison d’une passion commune pour la bande dessinée. C’est tout.

J’ai partagé certains stands de dédicace avec cet auteur au cours de l’année étant comme lui d’un naturel assez enjoué ce qui

Explique peut-être vos confusions en  la matière (je tiens toutes les preuves nécessaires à votre disposition).

 

Je vous demanderais de ne plus faire croire que Pauline Bonnefoi n’est qu’un prête-nom ainsi que Gordon Zola.

 

Il est très désagréable pour un auteur de voir attribuer son travail à un autre. "

 

Assez ébahie par cette tentative de récupération d’un courrier qui lui donne, cela crève les yeux, tort absolument, je  retourne au porte-parole la lettre du Léopard avec les passages surlignés, faisant remarquer qu’il n’y a pas plus clair en matière de démenti, déplorant que "les ophtalmologues ne sont plus ce qu'ils étaient, sans doute". 


A quoi de Kuyssche riposte (à ce stade-là il en bafouille de rage, témoin l’oubli de  la moitié d’une négation qui ne rend pas sa pensée très compréhensible, et la sécheresse du congé final):


« Je ne « vois » pas pourquoi Léopard Masqué a cru bon de me préciser toutes ces connivences avec M. Garcia et, notamment, la commande, en 2008, d’un livre qui a bien été édité. Je ne crois n’avoir pas « vu » que M. Garcia ait décliné la commande (une commande n’est ni une demande, ni une suggestion ou qu’il se soit outré de voir sa commande attribuée unilatéralement à un autre. »

 

Mais peut-être en savez-vous plus que moi sur l’identité de l’auteur du « Vol des 714 Porcineys ». Personnellement, je ne tiens pas à le savoir.

Et je considère comme close l’échange de courriels à ce propos. »


Congédiée de facto, je réponds nonobstant :


« Monsieur,
Ne nous embrouillons pas.
Le "Vol des 714... " dont le site Evene confirme qu'il est bien de Garcia mais publié en 2008, ne nous intéresse pas.
Suite à votre déclaration:
" Nous aurions aimé un geste de la part de M. Garcia qui n’aurait pas été la sortie de deux nouveaux ouvrages s’inscrivant dans une longue histoire, faite de provocations successives. En effet, alors que M. Garcia nous proposait d’arrêter définitivement la publication de nouveaux ouvrages (en échange de l’abandon de notre demande d’exécution de la sanction décidée par les tribunaux), il préparait ces deux nouvelles publications. Elles furent proposées aux lecteurs dès le 30 octobre, soit deux jours après le commandement d’huissiers. Vous comprendrez que ces faits n’établissent pas un climat de confiance."
 je vous ai demandé de me citer le titre et l'éditeur de ces
"deux nouvelles publications [qui ]furent proposées aux lecteurs dès le 30 octobre, soit deux jours après le commandement d’huissiers."


Je constate que vous n'avez pas de réponse précise, claire, factuelle à me donner sur ce point et que vous ne me communiquez pas ces deux titres.
Cela est fâcheux, surtout venant de quelqu'un qui veut à ce stade-là clore la discussion. »


Mais depuis, silence radio.
Tintin pour la réponse…

Aujourd'hui devait avoir lieu la saisie des meubles de Garcia.
_______________________________________________________________________________________________

NDLR: 18/11: Je fais remonter ce billet et je signale la parution d'un nouvel article de Libération sur cette affaire.

Publié dans Carpe diem

Commenter cet article

Acai 23/11/2009 16:27


Merci!


Lucius 18/11/2009 13:57


En tout cas, moi, j'ai écrit à Moulinsart avant-hier, et ce Monsieur Quiche ne m'a pas répondu.


Lucius 18/11/2009 13:04


A verser au dossier à décharge (publique !).
Je m'interroge : comment arrivent-ils à gagner des procès avec des arguments aussi surréalistes ? quelque chose ne tourne pas rond. Y aurait-il un grain de sable dans les rouages de la justice ?


M agali 18/11/2009 13:11


Hm la justice, bien mitonnée, est malheureusement capable de s'accommoder d'une plage de sable entière, je pense... Du genre de celles qui bordent les îles Caïman, par exemple.


Gordon Zola 18/11/2009 12:40


Chère Magali,

Merci pour cet échange surréaliste expliqué avec clarté et humour. Le porte-parole de Moulinsart a été bien choisi. Clarté dans la réponse, second degré méprisant, brouillard informatif, mensonges,
confusion entre "rectificatif" et "silence"...Bref, que du bon !
Merci de ce soutien apporté à Bob Garcia qui aide à mon propre combat sur les Saint-Tin. Mon ardoise s'élève à 72 000 euros et je suis en appel. Heureusement cet insupporte-parole, ne pense pas que
je suis Bob Garcia, encore que...
Bien à vous
Gordon Zola


M agali 18/11/2009 12:55


Mais de rien, vraiment, Monsieur Zola.
Courage pour ce combat contre la bêtise, la mauvaise foi et la rapacité moulinsartiâtre. Je vous plains d'avoir affaire à de tels interlocuteurs.
Et si d'aventure il vous vient l'idée d'écrire un "J'accuse", les colonnes de mon blog vous sont ouvertes... :-))


Yvonne Oter 13/11/2009 21:57


Un seul mot : bravo! Et c'est une Belge, qui ne s'en vante pas devant l'arrogance d'Alain de Kutssche, qui le dit.