Du tag au tag: 500 au carré

Publié le par M agali



Que feriez-vous, demande Manu qui se targue, comme Désormière, de me taguer, si vous aviez 500 euros et que vous étiez à 500 secondes de votre mort ?

La réponse de la dame qui écrit si bien d'art sur le blog Qui parle prend la forme d'un polar, elle nous avait déjà donné ici un échantillon de son talent, avec lequel je n'essaierai pas de rivaliser...

Celle de Manu est un chef-d’œuvre de stoïcisme absolu, rien de plus beau ni de plus élevé depuis la Mort du loup de Vigny :

Gémir, pleurer prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t'appeler,
Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler.

  Manu parle, cependant, et ses remerciements à ses proches et ses aveux d’amour inconditionnel sont tellement beaux et émouvants qu’ils me serrent la gorge chaque fois que je les relis.

C’est un chemin que je serais tout à fait incapable de suivre, tout simplement parce que 500 secondes avant la mort on est encore en vie.
Or il y a tout de même 99 pour cent de chances que ça fasse plutôt très très mal de partout, à ce moment-là  (et les 500 euros vont alors passer de la main à la main à l’infirmier pour qu’il règle au max la pompe à morphine, ce point-là est réglé). On n'est guère en mesure de disséquer ses sentiments quand on tente (pffft, haaaaaaaaaaa, pfffft, haaaaaaa, pffft haaaaah) d’arracher à une machine le dernier souffle qu'il faudra rendre 8 minutes plus tard. Ne mentionnons pas non plus le cas, plus rare mais encore plus délicat ,de la confrontation avec à un petit copieur de serial killer complètement sourd à l'appât du gain et qui ne tient pas ses promesses, (j'avais dit, non, pas les chatouilles sous les pieds.!)

Dans le un pour cent des cas où j’aurai droit à 500 secondes un peu dignes et pour tout dire tranquilloutes d’avant mort, je crois que je serais trop abattue pour penser métaphysique ou politique. Et je ne sais si j'aurais envie de bafouiller un de ces derniers messages d'amour pitoyables qu'ont reçu certains proches de victimes du 11 septembre, qui doit vous ravager l'âme et vous rendre phobique du portable pour la vie ( Chéri, j'ai de la chance, je suis côté hublot, la vue sur New-York est sublime d'ici, don't forget, I love youuuuuuuuuuuuuh).
Autant se passer de dernier message.

Même et surtout moralisateur, genre laboureur de La Fontaine démontrant à ses enfants (vu l’urgence par SMS? e-mail envoyé avec drapeau rouge? Chat sur MSN? messagerie instantané Facebook? ) que "le travail est un trésor", en leur faisant croire que s’ils bêchent à fond le potager familial ils y retrouveront le fric que j'y aurai enterré.
C’est déjà assez difficile de rester crédible avec ses ados, imaginez leur tête si en rentrant du lycée ils trouvent sur la porte du frigo le post-it suivant :


Mes minous,

Faites vos devoirs, ne m’attendez pas pour manger, je reviens à la fin des temps.
Le souper est dans le tupperware bleu, 3 minutes à 700 degrés au micro-ondes.
Pour le dessert, finissez la tarte aux pommes, les Hägen-Daaz, c’est pour demain.


En cas de besoin vous pourrez me joindre par Madame Irma (M comme medium dans le carnet d’adresses). Prenez l'option tables tournantes plutôt que le Ouija, elles sont en promo cette semaine.

Au fait, je ne sais comment je m’y suis prise, mais j’ai perdu dans la maison cinq billets de 100 euros. Je suis sûre que si vous rangez votre bureau et passez l'aspirateur même sous le lit vous allez les retrouver.

 


Bisousdoux
Mom


PS pas plus d’une heure sur MSN le soir, sinon je viendrai vous tirer les pieds tous les dimanches matins.


Pourtant, je ne rejette pas complètement cette solution.

Tant il est vrai qu’on meurt comme on a vécu (une formule qui n’obéit pas au be kind, rewind, notons-le, « Vivre comme on a mouru » étant formellement interdit par la chronologie et le correcteur d'orthographe Word associés.)


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comme le veut la coutume, je fais passer le bâton de relais du tag.
En piste Patrick, Christine, Mrs.K, Aude !  Montrez-nous le chemin des étoiles.




 

 

Publié dans Carpe diem

Commenter cet article

Morena 20/03/2009 18:27

J'arrive, hein, j'arrive ! Dans quelques temps...

Mrs K 12/03/2009 23:39

Mission accomplie.... J'espère que tu aimes les chiens...

KikiDePosutoTwo 08/03/2009 17:33

Je prendrais mes enfants dans mes bras et je pleurerais comme un veau... C'est horrible, non, je refuse de leur infliger ça. Je prendrais mes enfants dans mes bras, en tentant de rester calme, je les serrerais, très très fort, et je m'arrangerais pour disparaître en fumée dans un sourire mystérieux, comme Mandrake le Magicien, à la 480ème seconde.Pour les sous, ils serviront bien à quelqu'un, va. C'est la crise :-) ...

Amatou 08/03/2009 17:20

Je regarderai le ciel bleu par la fenêtre en me disant que bientôt je serai aussi légère que la plume...plume...plume, cette feuille vous savez bien qui tombe de l'arbre à l'automne en tournaoyant dans le silence et l'indifférence générale ?