Jan Thirion: John et Yoko sont dans un hosto

Publié le par magali duru

J'ai présenté ailleurs JanThirion, à l'époque où il publiait aux éditions Quadrature son excellent recueil de nouvelles policières Elagage de printemps.
Pour célébrer en mars le retour de ce printemps-ci, Jan renoue, après
Mikko et Ego fatum, avec le roman...






Que reste-il des sixties en ces temps de crise une fois écroulé, enterré à jamais le mirage des trente glorieuses ? Il me suffit de regarder l’Ipod de mon ado où Rollings Stones et Beatles, eh oui, voisinent avec les Ting Tings et les Arctic Monkeys: de la musique, de la musique, de la musique.


Jan Thirion a l’art et la manière de prendre ce genre de constat au pied de la lettre. 


Dans l’Ami 6 qui roule droit vers l’hôpital, dès les premières lignes du roman, le ton est donné : c’est Billie Holiday (ah oui?) qui conduit, c’est Janis Joplin (ah bon ?) « sourire de dame patronnesse, grimace à faire fuir les démons » qui est assise à la place du mort. Et John Lennon, (si, si !) 14 ans peut-être, qui, assis à l’arrière à côté d’un petit orphelin nommé.. Yoko Ono (forcément), « s’amuse de cette vision accablante ». 


Vous savez tout : humour, pointe de fantastique à l’occasion et petite musique douce-triste de douleur contenue. Achetez le bouquin et lisez la suite.


N’allez surtout rien lire de plus, ni la 4° de couverture trop bavarde à mon goût, ni le site (excellent, mais qui vous ravira mieux après lecture) consacré au roman par son auteur (je sais, vous donner le lien maintenant relève de la double injonction, celle qui rend schizo, mais autant vous habituer, vous ne rencontrerez pas que des héros positifs et normaux dans cet hôpital où bondissent les kangourous rouges et où Dario Moreno tient la table de poker).

Vous n’avez que le droit de lire, relire et même apprendre par cœur l’inestimable préface de Jean-Bernard Pouy dont j’ai la bonté de vous recopier mes deux paragraphes préférés : « De sa voix calme et posée, Jan nous sabre, avec des trucs plus ou moins monstrueux où se baladent en toute impunité, le manque, la douleur et le désespoir. ». Et « On dit souvent que l’adolescence est morbide. Je pense toujours qu’en italien, morbido signifie mœlleux. Comme un oreiller malmené. De ces oreillers où l’on s’enfonce avec délices et qui peuvent, une nuit d’orage, vous étouffer à jamais ». 


Pas un mot auquel je n’adhère. Mais s’il m’est permis de parler après le grand Pouy de sagesse, je dirais qu’on s’amuse aussi beaucoup dans ce roman d’apprentissage, et que c’est la force de Jan que de tendre à tous les ados présents et passés ce miroir exact de l’âge si douloureux et si niais des premières découvertes afin d'en résoudre l’oxymore en un grand éclat de rire salvateur.




Magali Duru




---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

John et Yoko vont à l'hosto, Jan Thirion, éditions Krakoen, mars 2009, Collection Forcément noir

Prix 9 € 

ISBN 978-2-916330- 


Se procurer John et Yoko sont dans un hosto

dans toute librairie (livre à commander, délai 8 jours)


bibliosurf.com (livraison gratuite à partir de 15 euros)

amazon

fnac

alapage

rue des livres

chapitre.com


commande chez l’éditeur via fnac (livraison gratuite)

éditions Krakoën





Publié dans Lector in fabula

Commenter cet article