Aude-Morena, reine des papillons, a le coeur en papillotes...

Publié le par magali duru

Elle écrit, elle photographie..
Deux manières de saisir le temps qui passe sans le brusquer, de regarder se poser puis s'envoler de nouveau ces petites et grandes choses qui font la vie comme autant de papillons (son blog ne s'appelle pas pour rien Maripositas).
Et comme de papillon à papillote, il n' y avait qu'un battement d'ailes (d'elle), voici.
.
..



Le coeur en papillotes.




Le matin promet d'être tendre, au-dehors.

Elle fait jouer sa main avec un rayon de soleil. Tente d'accrocher un peu de poussière de vie à ses ongles.
Elle écarte le drap. S'étire, presque heureuse.

Pourtant.

Elle l'entend qui s'agite un peu, à ses côtés. Ses paupières commencent à papillonner, ultimes soubresauts de l'inconscient avant le réveil. Il en est presque émouvant d'abandon.

Elle observe ses traits fins avec une précision presque scientifique. S'étonne de la délicatesse de ses cils.

Elle n'est pas surprise de ne ressentir aucune émotion. Depuis hier, elle sait.

Elle ne lui en veut pas.

Tout simplement, elle ne peut concevoir de prolonger l'indifférence.

Ses paupières battent plus vite. Les battements de son cœur à elle aussi. Il va falloir lui dire, bousculer la fraîcheur délicate de ce matin tranquille.

Il s'éveille enfin. Son regard se pose sur elle, ses yeux sourient. Déjà sa main se tend vers elle.

Elle se fige instantanément. Se soustrait à sa tendresse.

Elle se lève comme on s’enfuit et, pudique, enveloppe son malaise dans une chemise trop longue.

Se retourne vers lui. Le visage tendu et le cœur en papillote.

Il ne sourit plus. Il a émergé trop vite des brumes du sommeil.

Il a compris.

Ils ne prononceront aucun mot.

Et lorsque la porte claque sur le vide de sa vie, elle se sent fondre. Mélange de soulagement et de douleur sourde.

Le matin promet d'être tendre, au-dehors.



Aude




"J'aime les scènes de vie. Les minuscules. Celles que l'on voit à peine, celle que l'on voit trop et que l'on ne regarde plus. J'aime poser mon regard sur ces petits riens qui font le grand tout. Ces petits êtres qui font l'Homme. Ces petites choses qui font notre instant présent. Ces petits moments qui font le grand vivant. Et je dévore. La vie, les livres. Je n'aspire à rien d'autre qu'à faire partie de ce petit monde, à ma manière. Et j'essaie juste, de temps en temps, de le mettre en images, à défaut de savoir le mettre en mots."


Voir le blog d' Aude - Morena








Commenter cet article

Morena 19/01/2009 19:42

Merci beaucoup...

Laurence M 17/01/2009 09:57

C'est très joli. Des mots comme de la porcelaine, fragiles et délicats. J'aime beaucoup.

amatou 15/01/2009 22:31

La délicatesse et la transparence d'un verre de Murano...