Manu Causse Visitez son purgatoire

Publié le par magali duru





Je viens de lire Visitez le purgatoire, le recueil de Manu Causse publié par D’un Noir Si Bleu, jeune-et-courageux-et-talentueux-éditeur (septembre 2008). Je le referme -à regret,  mais quoi, on ne va pas passer notre vie ensemble comme dit le narrateur de la première nouvelle- et là, comme ça, tout de suite, sans forcer, me revient, ting ! un peu de Verlaine :

Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.


Et là, je me dis, mauvais, très mauvais. Qu’est-ce que je vais pouvoir ajouter ? Tout y est dans cette citation!
La légèreté grave. L’entre deux états d’âme, le doux-épicé, le tendre-amer, le narquois qui bouleverse. Jusqu’au titre, ce côté provisoire, « soluble dans l’air » de la notion de Purgatoire, lieu improbable, reconnu par les uns, dénié par les autres, coincé entre Paradis et Enfer.

Et puis cet Impair vraiment, j’ai beau l’entendre de toutes les façons, ça colle toujours :

L’im-paire, couples désunis, réunis, fantasmés, rêvés, hallucinés d’Adam et Eve, d’Atlas, d’En ce début d’automne…
L’im-pair, désespérance intime d’Autobanh guru ou de M’sieu Luc
L’im-père petit garçon perdu dans ses mangas de Shiguro, passager orphelin de l’avion dans Par-delà les nuages, le fils d’une lignée de paysans gersois de Som, homme-paysage, qui va
 fleurant la menthe et le thym.

Quand j’ai voulu caser l’im-per, notez, je me suis cassé le nez.
Vérification faite et tout le recueil relu (on peut s’offrir ça, non ?)

C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles


et jamais une goutte de pluie.
S'il pleure parfois dans les coeurs, pas un coin de ciel noir.

La nuance, on vous dit, la nuance, pas la couleur! 


Magali Duru

PS

A mon humble avis, il y a deux manières de lire ces onze nouvelles :

- en rang, comme elles viennent, goulûment

- en rang, goulûment, mais en se réservant pour la bonne bouche Chasse à l’homme.
Ze top of the top.

___________________________________________________________________________________________

Visitez le purgatoire
, Manu Causse, D'Un Noir Si Bleu Editeur, 2008


Visitez aussi ses blogs ici et ici






Publié dans Lector in fabula

Commenter cet article

Mrs K 20/12/2008 12:29

Verlaine, Manu Causse décidément ...En tout cas le recueil est somptueux, je l'ai lu avec beaucoup de bonheur et rendu avec regret...

joel hamm 18/12/2008 09:15

Eh bien, j'ai eu la même réaction que Solenn en lisant ton texte, Magali. J'aimerais lire des critiques littéraires aussi talentueuses que les tiennes qui donnent une envie furieuse de lire ce que tu conseilles. L'art est difficile, certes, mais la critique (créative) aussi. Et tu as le talent nécessaire.

magali duru 18/12/2008 11:54


 
Meci, Joël!
Je rappelle tout de même que je ne suis que celle qui pointe la lune du doigt. Et si ma critique a pu te paraître quelque part inspirée, c'est grâce au plaisir de lecture donné par le recueil de
Manu,dont le talent est communicatif...


Solenn C 17/12/2008 11:17

Ah, sûr, ça donne envie... Magali, tu sais si bien parler des textes qui te séduisent ! (N'aurais-tu pas raté une vocation de critique littéraire ?). Bon, eh bien, moi... je n'ai pas encore lu Manu Causse ! Stupide, inavouable et impardonnable, mais vrai. Alors, STP, tu me prêtes cette petit merveille pour mes vacances de Noël (en échange de... tu-sais-quoi / si-Dieu-le-veut) ?Merci Magali pour ces jolis mots qui ouvrent l'appétit !

M agali 17/12/2008 11:26


Avec plaisir, Solenn, avec plaisir! Je m'en serais voulu de ne rien t'offrir en échange de tes sublissimes chocolats de Noêl. Quoique cela demande un peu d'organisation triangulaire et je dois pour
cela sonner Mrs K. (un jour je t'expliquerai)
Ouh ouh, Mrs.K?
When or how could you checkpoint charlie?

Merci par ailleurs pour tes compliments, Solenn. Critique littéraire, héhé, pourquoi pas? C'est peut-être une solution. Car la critique est aisée mais l'art est difficile.