Le plaisir de lyre

Publié le par magali duru




  Comme le plaisir de lire, le plaisir d'écrire n'attend pas... Découvrant l'appel  de textes "Pause musique en Lauragais", Dominique Hasselmann n'écoutant que son courage, son diapason et sa Muse, accorde sa plume, taille son instrument, envoie incontinent son texte en commentaire. Qui pourrait résister à sa fougue?

Voici donc, en après-avant-première...








Le plaisir de lyre




J'aime la lyre et j'aime lire. La musique de l'une accompagne ma passion de l'autre. Ce que j'apprécie, c'est de me laisser aller, mes seins sont dénudés, dressés, ils appellent la morsure, comme mes yeux griffés par des phrases imprimées.

Je semble immobile mais tout vibre en moi : je pince les cordes de mon instrument comme on voudrait sans doute me toucher les tétons.

Je les offre aux promeneurs : venez me montrer que je ne suis pas une statue, que je ne reste pas de marbre devant un geste audacieux qui pourrait me faire élever une plainte musicale.

Enchâssée dans ma voûte de briques, je ne crains pas la crise, j'ai fait des économies. Le décor est en harmonie avec ma personne : l’ocre n’est pas un ogre pour moi, et je suis divinement hâlée avec le soleil.

J’ai les épaules protégées des gestes trop familiers (seule ma poitrine est offerte), une écharpe me met dans le vent et les plis de ma longue robe peuvent décourager le chercheur impénitent.

Avez-vous observé mon regard ? Il est tout d’innocence et de perversité (l’une s’alliant souvent à l’autre), mon sourire et ma bouche pulpeuse sont confiants dans ce qui peut arriver.

La musique que je distille coule comme d’une fontaine enchanteresse : j’attends le passant, mais je ne suis pas celle que vous croyez. Je veux simplement donner le plaisir de lyre et de pincer là où ça vous chante.


D.H.




(Gabrielle d'Estrée et sa soeur, Ecole française, 1594, Louvre)







Commenter cet article

Laurence M 12/10/2008 23:15

"donner le plaisir de lyre et de pincer là où ça vous chante" .. une très belle conclusion pour ce texte où le jeu lyre/lire est partout présent, et si joliment suggéré !