Lauzerte 2008

Publié le par magali duru




(photo Flo)


Le prix de la nouvelle de Lauzerte a été décerné dimanche 21,  après une compétition serrée,  à Yves Lériadec. Bravo, Yves!

Beau dimanche s'il en fût: sous les arcades médiévales, deux grandes tablées couvertes de recueils de nouvelles et de romans, une vingtaine d'auteurs aussi sympathiques que brillants, des rencontres inoubliables, un public intéressé, ouvert, attentif, et, cerise sur le fraisier du pantagruélique buffet, une organisation sans faille.

Un grand merci à tous ceux dont l'implication, l'enthousiasme, le travail acharné, l'accueil chaleureux, ont abouti à cette réussite.

Pour lire ou relire les "Pages blanches" consacrées par Françoise Guérin, nouvelliste et romancière,
sur son blog au cours du mois de septembre aux nouvellistes présélectionnés pour ce Prix, c'est ici.

Pour lire la nouvelle inédite
Frappez  et on vous ouvrira... que j'ai aussi proposée aux lecteurs de Mot compte double à l'occasion de cette Page blanche, c'est.


PS Merci à Flo pour cette photo témoignant de l'application des auteurs.

 

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

René 01/10/2008 12:01

les auteurs lisent avec serieux, recueillement et ... en confort ... j'ai veillé (d'ailleurs je suis à l'arrière plan de la photo) à ce que les fauteuils soient plus confortables que les chaises cagneuses des éditions précédentes. L'an prochain je vous mets MSN pour vous échanger des billets ! ;o)

magali duru 01/10/2008 12:53


Vrai, René! Les fauteuils étaient de premier rang d'orchestre et non strapontins.
C'est là ce qui prouve que nous étions plongées, Emma et moi dans des recueils de nouvelles plus que passionnants. Sinon, nous aurions forcément cédé aux douceurs de la sieste....


Flo 30/09/2008 22:21

Euh je prends des notes à la main, ça va plus vite ! Mais la discipline fait que l'on ne peut guère être approximatif :S Et puis je n'avais plus l'habitude surtout (on ne peut pas dire que j'ai pris bcp de notes à l'IUFM :D). Pas mal l'idée des copines trop bavardes que l'on sépare ;)Je constate que tu maîtrises l'italien à la perfection. La prochaine fois que je commente ici je le fais en italien alors !Buona notte ;)

magali duru 30/09/2008 22:27


Euh.. disons que  la leçon 1 sur masculin singulier -i, féminin pluriel-e , je l'ai apprise.
Pour le reste... devo lo sistemare....
Ciao!


Flo 30/09/2008 17:54

Bon ce soir c'est relâche ai-je décidé et même si j'arrive à peine à taper tellement j'ai mal aux doigts (la prise de notes pendant 6 heures je n'étais plus habituée !!) je passe te faire un petit coucou.C'est vrai que vous avez l'air fâchée Emmanuelle et toi avec cette place vide au milieu mais sur le coup j'ai plus pensé aux écrivains lisant avec sérieux et recueillement ;)Je ne sais pas ce que vous avez bu en soirée mais je me souviens de l'émoustilleur de l'apéro !!Au plaisir de te croiser dans un prochain salon.Bises

magali duru 30/09/2008 22:06


Merci de ta petite visite, Flo, courage pour la prise de notes, bravo d'arriver à taper à la vitesse de la parole professorale et reviens vite si tu peux...

L'esapce entre Emmanuelle et moi, tu as raison de le préciser, n'était pas celui de la brouille, c'était tout simplement celui réservé au grand Eric H. (que l'on entrevoit debout derrière nous, je
ne le nomme donc pas). Le libraire nous avait séparées, comme on fait en classe avec les copines trop bavardes, et nous en étions réduites à nous envoyer de petits billets...
Mais pas sous le regard des paparazze (au féminin, c'est bien, -e en italien, n'est-ce pas? )


Khassiopee 25/09/2008 22:37

Je vois... je vois... Enfin quand je dis que je vois...

Khassiopee 25/09/2008 20:53

AU fait ce René il n'a aucun lien de parenté avec un château du même prénom (on le dit brillant) ?Bizarre... ce René il parle comme Georges

M agali 25/09/2008 21:00


C'est à force de lui servir à boire, je pense...Un mimétisme de limonadier, c'est une maladie professionnelle bien connue dans le milieu.
D'ailleurs, il l'a dit: à présent Georges lève le coude! Donc ça marche dans tous les sens!