Coup de foudre pour Alice.

Publié le par magali duru

Séduisante blonde aux lignes parfaites (dont une très hot). Alice ne pouvait que conquérir les coeurs (et les parts de marché).
Depuis que nous l'avions vue sur son arc de triomphe berlinois, à l'entrée de la Strasse des 17 Juni, (l'avenue magnifique qui mène à travers le Tiergarten à la Porte de Brandebourg)






















notre coeur (notre modem, notre téléphone) ne battait plus que pour elle et le doux ronronnement de l'Alice box, boîte aux merveilles pandoriennes, a accompagné l'écriture de tous les billets de ce blog.

Jupiter, lui-même, il y a dix jours, survolant notre maison tonnerre en mains....
Le coup de foudre (Que Gala s'empare de cette révélation, libre de droits) fut réciproque et Alice, vaincue par le roi des dieux, s'abandonna à lui, nous plantant là du même coup avec un ultime soupir extatique et repu.

Je passe sur les péripéties habituelles.
Evidemment, bien que hot, la line n'était pas déserte (la moitié du village, apparemment,avait été frappée) et nous nous sommes longtemps relayés entre minuit et une heure du matin pour nurser le téléphone harnaché à notre oreille, comme ces mères de grands prématurés auxquelles on ficelle leur bébé-kangourou jusqu'au moment du terme, attendant qu'enfin "un conseiller puisse nous répondre" et qu'on puisse lui crier dans l'oreille " Aliiiiiiiiiiiice pour qu'elle revienne".
Il fallut attendre le facteur. J'en profite pour signaler à mon gentil facteur qu'il faut toujours sonner trois fois chez nous: la sonnette est capricieuse, le jardin est grand, la musique à fond dans la chambre de l'ado et le bureau de Poste dont nous dépendons à 6 km (bien que le plus proche soit à 2 bornes seulement, mais les voies de la Poste sont insondables. Certainement que la Poste et moi avons quelque chose à y gagner à ce découpage, mais de mon côté je ne vois pas quoi).
Evidemment, à ce stade-là, la nouvelle Alice box joliment patinée une fois déballée, on réalise qu'il faut un code pour la réinitialiser.
Evidemment, le code qui doit être envoyé par SMS n'arrive pas sur le portable de l'intéressé (d'ailleurs parti à Barcelone ce week-end, et il n'utilise jamais son portable à l'étranger, tu as vu ce que ça coûte? de toute façon dans les discothèques je ne crois pas que je l'aurais entendu).

On reficelle le téléphone fixe à l'oreille gauche, de 6 à 7, histoire de pouvoir cuisiner du bras droit en attendant Alice.
Evidemment, on découvre qu'attendre le SMS pour le code était inutile, je peux vous le débloquer à distance, Madame.
Evidemment c'était le fil bleu, pas le jaune, qu'il fallait dans cette prise et pas l'autre, le code de couleurs ayant changé.
Evidemment à l'heure où j'écris, si nous soupçonnons les voisins de capter notre wifi à cent mètres (sinon pourquoi leur tondeuse ne viendrait plus déranger la sieste au bord de la piscine?), elle reste injoignable dans le salon.

Mais ô fidèles lecteurs, ô ombres tutélaires qui avez voltigé, attentives, inlassables et dscrètement déçues, le blog rank en témoigne (les soulagés seront depuis longtemps partis ailleurs, je suppose) autour de ce blog agonisant, si vous lisez ceci, c'est qu'Alice, merci facteur, merci Colissimo, merci tous les gens appelés à la rescousse, Alice, allléluia, est revenue.




Publié dans Carpe diem

Commenter cet article

virginie 07/08/2008 11:46

Ah! Quel bonheur ! Merci Alice, d'avoir rendu vie à ce blog ! Les détracteurs, tous les mêmes, des jaloux (ses); normal qu'une jolie femme soit d'un accès difficile, non ?

Georges F. 06/08/2008 22:27

Je me disais bien, qu'elle était trop souriante, cette petite. Une chipie, une de plus.

Morena 06/08/2008 21:49

Bah en même temps, elle est un peu blonde, Alice, hein...Welcome back on line en tous cas ! (ça fait du bien de ne pas se sentir seule en ce mois d'août désert.... gargl)