Ma tournée des blogs: L'Album Breton (Breton, comme André)

Publié le par magali duru


«Le moindre de mes soucis est de me trouver conséquent avec moi-même…
»
André Breton Les pas perdus

«Errez, à vos côtés viendront se fixer les ailes de l'augure.»






 Petit rappel...

La vie d'André Breton,  né le 19 février 1896, mort à Paris le 28 septembre 1966, se confond pratiquement avec celle du mouvement dont il est sans doute le principal représentant littéraire: le surréalisme. Fortement influencé par Paul Valéry, dont il fait la connaissance en 1914, il rencontrera aussi Apollinaire. En 1919, il publie ses premiers poèmes.
     C'est alors qu'il fonde avec Louis Aragon et Philippe Soupault la revue Littérature, et y publie (en collaboration avec Soupault) le premier texte surréaliste, Les Champs magnétiques. De 1919 à 1921, il participe au mouvement Dada, et étudie (influencé par Freud, qu'il rencontre en 1921) l'« automatisme psychique ». En 1924 paraît le premier Manifeste du surréalisme .
Breton et ses amis fondent en même temps un « Bureau de recherches surréalistes » et une revue appelée La Révolution surréaliste. En 1930 paraît le Second Manifeste. Breton définit ainsi le terme « surréalisme » : « Automatisme pychique pur par lequel on se propose d'exprimer soit verbalement, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée... ».  Le « programme » surréaliste aspire à « réconcilier » le rêve et la réalité et à promouvoir une « libération totale » de l'être humain.


Figure de proue du mouvement, parfois autoritaire et sectaire, en lutte contre les «déviations » de Tzara (I'un des fondateurs du mouvement Dada), d'Artaud (qui prône une « révolution » plus métaphysique), d'Éluard et d'Aragon, qui se rallient au programme révolutionnaire marxiste, Breton incarnera l'« orthodoxie » surréaliste avec une fougue et une passion qui lui sont propres. Il sait donner à son mouvement une ampleur quasi mondiale, en le dégageant des équivoques de l'engagement politique en 1935, année où il rompt avec le parti communiste français et s'oriente vers une pensée libertaire.

    (D'après le Nouveau dictionnaire des auteurs, Laffont, 1994)


On trouvera tout ou presque sur l'origine, le contexte et l'intérêt de l'Album Breton que La Pléiade offre en ce moment aux généreux acheteurs de trois volumes de La Pléiade (généreux, parce que c'est une idée de cadeau somptueux, mais tout de même un investissement! ) sur le blog du Chasse-clou.



NDLR:
Ce qu'on n'y trouvera pas, c'est la signature de Dominique Hasselmann sous la photo de la tombe d'André Breton.

Pourtant, la photo est de lui, (ce que sa modestie préfère passer sous silence...). Sa valeur documentaire est incontestable car la tombe du poète qui demandait
"à être conduit au cimetière dans une voiture de déménagement" est aujourd'hui très endommagée.



Publié dans Carpe diem

Commenter cet article

Fabrice 18/06/2008 14:16

Bonjourj'ai lu votre note avec intérêt. Comme cet album est regrettable ! En plus d'une recherche iconographique qui repose sur la paresse, le nombre d'erreurs est de l'ordre de l'innomable. Je vous laisse le soin d'en apprécier la réalité et non la surréalité par vous-mêeme en vous rendant ici :http://www.arcane-17.com/rubrique,album-breton,1159275.htmlBien à vous.Fabrice PASCAUD

Dominique Hasselmann 20/05/2008 16:34

Je voulais qu'il y ait un peu de suspense... mais maintenant c'est raté ! C'est comme pour le dernier "Indiana Jones" (toutes proportions gardées...). Merci en tout cas de vos remarques et commentaire.

M agali 20/05/2008 16:44


Maintenant le suspens sera dans l'autre sens, c'est tout.


Dominique Hasselmann 19/05/2008 22:32

Je viens de lire votre article sur André Breton et ce que vous dites, fort bien, de l'Album que La Pléiade lui a consacré.Quelques remarques : - par un "hasard objectif" dont la vie a le secret et AB avait eu la prescience, je suis passé aujourd'hui en voiture sur le périphérique qui borde le cimetière des Batignoles à Paris, là où j'avais pris quelques photos, le 10 mai 2003,  de la sépulture d'AB, encore avec ses lettres dorées, et j'ai revu de loin (j'ai juste eu le temps de déclencher mon appareil photo d'une main...) l'immeuble qui surplombe cet endroit avec son inscription : "Nettoyage industriel".- la photo reproduite dans l'Album de la Pléiade, comme tous les 371 autres documents, est ornée d'un petit numéro qui renvoie à l'auteur : j'y figure donc sous le numéro 3, page 15, ma modestie dût-elle en souffrir, ce qui renvoie à l'index final : et c'est pour cela que j'ai reçu, en échange du cliché, ce beau livre envoyé gracieusement !- ce matin je lisais dans "Libération" papier un article de Vincent Noce, le même qui narra, (souvent sur un mode assez déplaisant), la lutte d'avril 2003 contre la dispersion à la salle Drouot de la "collection André Breton". Voilà que maintenant c'est le manuscrit (estimé entre 300 000 et 500 000 euros !) du Premier manifeste du surréalisme qui va être mis, ces prochains jours, aux enchères chez Sotheby's Paris, juste en face de l'Elysée. - d'autres écrivains (ce que Vincent Noce passe sous silence) font d'ailleurs partie de la même charrette de chez Sotheby's : mais les affaires sont les affaires !- http://www.republique-des-lettres.fr/10417-andre-breton.php- je n'ai pas trouvé sur Internet l'article de "Libé" de ce matin, mais la dernière page nous montre une photo de Keith Richards, des Rolling Stones, faisant de la pub pour Vuitton : sans doute un mot-valise !

M agali 20/05/2008 14:38


Merci pour toutes ces précisions, Dominique.

Je supposais évidemment que Gallimard avait eu la correction élémentaire de mettre le nom des auteurs des photos et illustrations dans le livre... je faisais une allusion un peu taquine à votre
modestie, parce que vous ne mentionniez pas la paternité de cette photo sur votre blog...