Appel à textes Les oiseaux: Marie-Catherine Daniel et son hibou sur le toit

Publié le par magali duru

Voici un autre texte ayant répondu à l'appel de l'atelier Alerte aux plumes.

Merci à Marie-Catherine Daniel de sa participation (et de la photo d'illustration).




Née en 1965, Marie-Catherine Daniel est informaticienne. Elle vit à la Réunion depuis 1993 avec son amoureux, leurs marmailles, deux chats, trente-sept margouillats et Georges-le-babouk. A publié quelques nouvelles dans des anthologies papier et décidé fin 2006 de se mettre sérieusement à l'écriture, créant le site de l'Antre-Lire (http://antrelire.over-blog.com/).

Aime lire, lire et lire, rêve de voyage, d'aller au boulot sans passer par les embouteillages, de rencontrer Boris Vian et Jacques Prévert, d'avoir des retours de ses lecteurs.


Oiseaux de malheur ?


Quand je pousse la trappe du toit, la nuit est moins sombre que l'escalier de secours.

Il y a un oiseau sur le local de l'ascenseur. Il est brun ; grisaillant aussi ; quelconque de toute façon. Pas le genre de couleur qui rend intéressant. Pour cela, des plumes jaunes, ou rouges, ou vertes sont nécessaires. Un perroquet, un geai, un bouvreuil sont des oiseaux dignes d'attention. Mais pas celui-ci ; même si en regardant mieux, le brun va du marron au beige, et le gris du presque noir à une jolie tache blanche sur le plastron. Seulement, il faut n'avoir rien d'autre à faire pour s'en rendre compte. Il faut que l'animal soit là, tout seul sur le toit avec moi, pour faire plus que l'effleurer des yeux. Tiens d'ailleurs, les siens sont clairs. Ça c'est bien, beaucoup mieux que les yeux foncés. Dommage cependant qu'ils ne soient pas bleus mais miel. On dirait le regard d'un loup. Pas d'un chat, à cause des pupilles rondes et non fendues. Cet oiseau-là n'attire pas les caresses. Pourtant, je trouve qu'il n'est pas inquiétant, il n'y peut rien si son regard est fixe et sa face immobile. Et puis un tout petit effort suffit pour comprendre que ce n'est qu'apparence : un frémissement de vent et le plumetis de duvet dévoilerait sa douceur aérienne. Alors pourquoi mes ancêtres l'ont-ils cloué aux portes des granges ? Pourquoi maintenant l'ignore-t-on ? Parce qu'il n'a rien d'un perroquet, parce que la clarté de ses yeux n'est pas celle du ciel ensoleillé ? Peut-être à cause de ses oreilles ? Je sais, ce ne sont pas des « oreilles », juste deux plumets qui surplombent son masque. Deux antennes étranges qui le mettent à l'écart des oiseaux que l'on voudrait apprivoiser. Deux excroissances incongrues.

Inversement proportionnelles à mes deux bras atrophiés.

Ces deux moignons qui m'autorisent à peine à me gratter le nombril ; ces deux machins qui, quoiqu'en disent mes parents, ne me permettront jamais de m'envoler. Qui, ce matin encore, dans le regard bleu auréolé de blondeur de Léa, m'ont relégué au rang d'oiseau de malheur. « Ne me touche pas, sale corbeau rabougri ! » a-t-elle sifflé, quand j'ai essayé de lui prendre la main.

Un corbeau ?

Qu'hululerait-elle pour un hibou ?

Celui qui m'observe cligne des paupières puis hoche la tête. Je crois qu'il me sourit. Avec son bec, il réajuste son plumage. Habile et gracieux, lui qui n'a même pas de main ! Il est superbe et il le sait. L'avis de mes ancêtres, des perroquets et de Léa le laisse sereinement indifférent.

Quand il prend son essor pour voguer vers la lune, je souris à mon tour. Puis moi aussi je m'en vais ; par l'escalier bien sûr.

La prochaine fois que je viendrai sur le toit, ce sera pour rendre visite à l'oiseau.



Marie-Catherine Daniel

 

Commenter cet article

Marie-Catherine 28/04/2008 18:48

Et ton commentaire tout autant, MO. Merci.

Coudert 28/04/2008 15:56

Hibou, Hulotte, chevêche, moyen duc, harfang qu'importe... ton texte est chouetteMO

Marie-Catherine 27/04/2008 15:22

Ils me font très plaisir vos commentaires. Merci Amatou ! Merci Kiki ! Merci Delphine !:-)

D.K. 27/04/2008 12:06

"Ces deux moignons qui m'autorisent à peine à me gratter le nombril..." Excellente mise en perspective !

Posuto 27/04/2008 11:57

Hou, on se sent prit par la main et emmené dans ce texte juqu'au toit en question ! Bell envolée !Kiki :-)