Solution finale du quizz...

Publié le par magali duru

Bravo à Morena et Patrick qui ont reconnu en unissant leurs forces La Collecte des monstres d'Emmanuelle Urien.
Merci à Dominique de nous avoir rappelé que la gymnastique est un must quotidien,( qu'il y ait ou non un rapport avec la choucroute).
Merci à Georges d'avoir bu une gorgée de son café à la santé d'
Emmanuelle et de Court, noir, sans sucre..

Vous pouvez retrouver Emmanuelle Urien sur son
site. Elle y a même caché un blog (je ne l'y trouve pas tous les matins en passant par le site alors je vous mets le lien direct. Comme elle n'y poste pas tous les soirs, ce n'est très grave d'ailleurs...Le site vaut qu'on aille s'y perdre.)

Voici le texte Résolutions finales avec les titres des nouvelles en italiques:

Résolutions finales

 
Alice attend. Elle est psy, c’est son métier, alors elle écoute et elle attend.

Elle écoute Lilas, ou plutôt les plaintes, les hésitations, les réticences, les éventuels lapsus de Lilas, la patiente à qui elle fait un bout de conduite accompagnée

Nicolas, cette fois-ci, j'en suis sûre, c’est l’homme qu’il me faut ! soupire Lilas dès qu’elle émerge un peu de la zone de silence qui sert de ligne de fuite à ses fantasmes.

 

 L'homme qu'il lui faut!  Un vrai syndrome du Père Noël, pense Alice. Leurre de gloire par procuration, en plus, puisque Lilas n'aime que des célébrités. Cas de figure 38.

Car certains matins, Alice supporte si mal de lire dans les pensées d’une autre en toutes lettres qu’elle s’adonne à de vicieuses classifications, fait dans le zoologique.

 

Sur le divan, Lilas soupire encore, se tourne, remue les mains.

Alice lui lâche un « Plaie d’agent n’est pas mortelle, si ? ». Jeu de mot, ambiguïté calculée, privilège d'une lacanienne ...Lilas répond oui, puis non, puis je ne sais pas, puis fond en larmes, se noie dans ses sanglots.

Fluctuat et mergitur, l'hystérie veut tout à la fois, tout le temps. Et le contraire.

 

Alice attend.

 Il doit bien y avoir un moyen d’aider Lilas, ou les règles de l’art ne seraient pas universelles mais Lilas en a-t-elle envie ? Est-ce qu’elle ne préfère pas répéter avec ce Nicolas qu’elle vient de rencontrer un scénario si bien éprouvé qu’il doit bien lui apporter quelque plaisir?

 

Le mois dernier, c’était Jacques, l’homme qu’il lui fallait  doté de toutes les perfections.

Il y a trois semaines, elle avait l’air d’avoir moins envie de danser avec lui ce pas du crabe désir-amour-passion-déception-mépris-rejet qu’elle aime tant.

Il y a quinze jours, elle l’avait déclaré tête de turc, présumé coupable, lui avait interdit de revenir chez elle. 

La semaine dernière, suivant ses voeux, il avait disparu.

 

Les mains de Lilas s’agitent, ses doigts se crispent.

 

Alice attend. Toute son attention flottante en éveil. Disparu, ah bon ?

Elle se penche sur la jeune femme.

Disparu comment ? Comme l’avant-dernier, ce…euh..  Lionel ?

Lionel ? Non, murmure Lilas, non, celui-là je l’avais converti en grammes.

 

Alice sourit. On finit toujours par trouver.

Elle n'est pas plus choquée que ça. C'est son métier, la collecte des monstres.

 

 

Magali Duru



Publié dans Lector in fabula

Commenter cet article