Le Japon de Franck Garot.

Publié le par magali duru



Mon Japon

de Franck Garot



 


Je ne suis jamais allé au Japon. Je vous décris donc mon Japon.


Mon Japon est d'abord culinaire, avec ce déjeuner dans un restaurant japonais, où j'ai mangé mes premiers sashimis avec une vue plongeante sur la Tamise, donnant au loin sur la City et son « cornichon », sous un ciel magnifique bien que londonien.


Mon Japon, c'est aussi Giverny un été, pas à cause du pont japonais des nymphéas, mais pour ces innombrables estampes couvrant les murs de la maison de Monet.


Mon Japon, c'est une rencontre, celle de Motoki Noguchi, l'un des meilleurs joueurs de go en France aujourd'hui, un jeune homme simple et généreux. Nous avions parlé de son livre le Langage des pierres, un livre étonnant et indispensable pour débuter au go, un livre auquel j'avais très modestement contribué. Nous avions parlé de Kawabata, évidemment.


Mon Japon, c'est un polar au titre improbable, La petite écuyère a cafté, où Gabriel Lecouvreur, le Poulpe pour les intimes, m'a fait découvrir les haïkus de Bashō pendant qu'il prenait le train pour ma Normandie. Le haïku : trois lignes pour dire la beauté du Monde, et l'insignifiance de l'homme.


Mon Japon, c'est le judo, toujours. Même si je conviens qu'à l'époque des insultes et des coups de boule sur les terrains de foot devant des centaines de millions d'enfants je puisse paraître anachronique, démodé, voire réac, néanmoins, je crois encore que le judo donne son sens au mot respect.


Mon Japon, enfin, c'est un vol Paris Bangkok dans lequel j'ai lu Le Maître des Kanji de Magali Duru. Cette nouvelle des Beaux Dimanches fut pour moi comme un voyage dans mon voyage. Au dessus des nuages.

(NDLR: !!!!!)


Mon Japon est une liste de moments essentiels Je n'irai peut-être jamais au Japon, alors décrivez-moi le vôtre.


  Qui est Franck Garot?

 

Commenter cet article