Hugo Claus, l'enfant terrible de la Flandre

Publié le par magali duru

Quelques lignes sur Hugo Claus, sous la plume de Virginie.

Ni dieu ni maître

Hugo Claus (1929), ce géant de la littérature, l'enfant terrible de la Flandre, l'amoureux de la vie, est parti le 19 mars, à la veille du printemps. Il est la première personnalité, en Belgique, à revendiquer son euthanasie: atteint de la maladie d'Alzheimer, il a décidé de tirer un trait sur sa vie, lui qui n'y trouvait plus de sens depuis qu'il ne pouvait plus manier le stylo.
Ecrivain, cinéaste, peintre, poète, homme de théâtre, artiste complet publié en français dans toutes les grandes maisons d'édition, il fut pressenti pour le Nobel de littérature...Un parfum de soufre suivait cet empêcheur de tourner en rond, dont le titre le plus célèbre, Le chagrin des Belges, dévoilait avec lucidité le rôle d'une Flandre sympathisante des nazis. Anticlérical, adversaire acharné de toutes les hypocrisies, il se mit à dos une Flandre bien pensante, ce dont il n'avait cure, lui qui "lança" Sonia Kristel (l'actrice du film Emmanuelle) et en fit sa compagne.
Cet antinationaliste disparaît au moment où l'on a le plus besoin d'hommes comme lui en Belgique...
Nul doute que là où il se trouve, il remette les pendules à l'heure.

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ernest J. Brooms 21/03/2008 21:48

Comment peut-on se revendiquer "flamingant francophone"... ???? Ecrire en langue flamande et se faire connaître par la langue française... allez expliquer cela aux séparistes flamingants actuels... qui  imposent leur langue comme nécessaire pour bénéficier de logements sociaux chez eux, pour être accepté comme immigré... une langue qui représente la population d'une demi-rue de San Francisco... alors que l'anglais est pratiqué partout en Belgique ! Allez comprendre ! No comment !Hugo Claus a eu le mérite de dire certaines vérités. Grand bien lui fasse ! Tot ziens !EJB