La Foire du Livre de Bruxelles: noces de papier de Quadrature

Publié le par magali duru

 

A l’occasion de la Foire du livre de Bruxelles, les éditions Quadrature ont dignement célébré leurs noces de papier. Déjà trois années d’existence et dix titres publiés dont « Les beaux dimanches » d’une certaine Magali Duru  (Vous connaissez ?).

A cette occasion, beaucoup de monde autour du stand : des auteurs, des amis... et, bien entendu, les sept « Quadraturiens » portant bien haut leur devise :

 

Quadrature est un plaisir et doit le rester.

 

Patrick Dupuis

 

Arriver à la Foire du Livre de Bruxelles depuis l’aéroport de Zaventem, ça ne doit pas être coton ? Vous avez imaginé des RER, des métros, des taxis, des complications. Mais non, rien de plus simple, un train part des sous-sols de l’aéroport même et arrive en gare de Bruxelles Nord, à un quart d’heure à pied du bâtiment de « Tour et taxis » où se tient la Foire depuis qu’elle a quitté l’hyper centre ville.

Inutile cependant de vous démonter le cou pour essayer d’apercevoir, de l’autre côté du canal, la silhouette acier et verre de quelque gratte-ciel bruxellois, car on vous mène à l’entrée d’un superbe bâtiment 18° en briques rousses.

Et vous devez admettre qu’il n’y a là pas plus de tour que de station de taxis, (vous commencez à vous méfier de toutes vos idées préconçues, c'est un rien déstabilisant).

On vous explique alors que Tour et taxis, tout le monde sait ça ici, hi hi, c’est le nom francisé de la famille Thurn und taxis, qui est le nom germanisé de l’italien Tassis. Vous hochez la tête. Ah bon, le fondateur de la poste royale de l’Empereur Charles Quint, oui, forcément, ces gens circulaient beaucoup.

 

Alors vous entrez, vous vous dirigez vers le stand 208 (prononcez Deux-cent-houitte si vous vous perdez, ce qui ne manquera pas d’arriver parce vous aurez bêtement tendance à croire que les numéros se suivent et qu’il se trouve par exemple dans la travée du Cent nonante-houitte n’en étant qu’à 10 numéros). Vous traversez deux immenses salons, deux océans de livres, vous tanguez, nauséeuse, coquille de noix dans ce tsunami. Le stand des éditions Milan est aussi grand que tout le magasin à Toulouse. Vous vous éventez avec un catalogue gros comme une Bible qui vous indique Hubert à 15h tel jour et Amélie à 17 tel autre. (Vous ne verrez ni l’un ni l’autre. Vous passerez votre temps à jouer à chat avec les auteurs.)

A propos de Chat, c’est la mascotte, il est partout, il passe en boucle sur un écran de deux mètres.

Qu’est-ce que vous venez faire là ? Honnêtement, vous paniquez un peu.

 Et puis (pouis) une minute plus tard, vous êtes devant le stand de Quadrature.

 

Copie-de-STAND.jpg

 

A taille humaine mais bien placé. Parce qu’en coin.

Important, le coin ! Visibilité doublée du plus loin des deux travées à la fois, effet de comptoir, qu’est-ce que je vous sers ? - Ah ben tiens, un p'tit recueil, ce ne sera pas de refus. Démultiplication de l’espace et du livre exposable. (NDLR: Un éditeur auquel il a été attribué un stand en coin ne sourit pas en coin, il ne se sent pas au coin. Il sourit largement, d'aise et de fierté. C'est le passeport pour la fortune et la gloire, le coin! ).

Un stand sympa comme tout avec son arbre à paroles (il y a des mots en colère là-dessus, le thème de la Foire et même des mots qui comptent double, ça vous rappelle quelque chose).

Le stand est tout cosy avec ses petites lampes de chevet tendues de blanc. Piles blanches aussi de livres sobres. Des gens dont vous ne connaissiez que le nom s’approchent. Vous avez enfin devant vous les 7 septièmes de Quadrature.

Et partir de là, vous allez nettement mieux, parce qu’ils ressemblent à ça :

Copie-de-Foire-du-livre.2.-jpg.jpg



( de gauche à droite: Dominique, Patrick, Jean-Louis, Marie, Bérengère, Catherine, Stéphane)

Publié dans Evènements

Commenter cet article

Franck 21/03/2008 14:39

Etrange cette photo du buffet: aucune bouteille de bière ou de vin. Vous les aviez cachées pour la photo?
Longue vie à Quadrature!

M agali 21/03/2008 19:42


Déjà toutes bues, Franck, sans doute!